La FIM-CSN et la FEESP-CSN demandent au ministre du Travail de ne pas assouplir les règles de santé et sécurité au travail du Québec dans sa réforme très attendue. Les organisations syndicales estiment qu’il faut plutôt les renforcer pour faire diminuer les accidents, les lésions professionnelles et les décès liés au travail.

« Ce qui est particulièrement inquiétant c’est qu’il semble que des demandes persistantes envers le ministre Jean Boulet visent à mettre fin au poste de représentant en prévention pour le remplacer par un comité paritaire. Ce serait se priver d’une réelle expertise sur le terrain et d’une rapidité d’intervention qui sont essentielles », soutient Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN). Ce dernier ajoute que le gouvernement ne doit pas céder à la pression de certains lobbys qui souhaitent faire des économies sur le dos de la santé des travailleuses et des travailleurs, puisque ce sont les employeurs qui paient pour ce représentant spécialisé. « Même avec un bon salaire, ça ne vaut pas la peine de risquer sa santé pour gagner sa vie », ajoute Louis Bégin.

Intégration de toutes et de tous aux mécanismes de prévention
Les deux fédérations craignent que Québec n’élargisse toujours pas l’accès aux mécanismes de prévention prévus par la loi.

« Il faut absolument intégrer toutes les travailleuses et tous les travailleurs du Québec aux mécanismes de prévention prévus à la loi », demande André Lajoie, secrétaire général de la Fédération des employées et des employés de services publics (FEESP-CSN). Ce dernier rappelle qu’environ trois personnes sur quatre n’ont pas accès à ces mécanismes sur leurs lieux de travail.

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a dévoilé récemment une étude qui montre justement que les groupes jugés non prioritaires sont en proportion aussi touchés, sinon plus, que les groupes prioritaires. Toujours selon l’INSPQ, cette inégalité de couverture vise davantage les femmes.

« Cette classification ne tient plus la route, tous les groupes devraient accéder aux mécanismes de prévention », estime André Lajoie, qui craint également que le ministre Boulet se dirige vers une nouvelle procédure de justification pour pouvoir se classer comme groupe prioritaire. Cette approche constituerait une perte de temps pour ceux qui sont déjà prioritaires et ouvrirait une période de flottement propice à une hausse des accidents de travail pendant la période d’analyse des justifications.

Les deux organisations syndicales demandent donc au ministre Boulet de mettre fin aux rumeurs d’assouplissement de la loi et de montrer que son gouvernement se range clairement du côté des travailleuses et des travailleurs du Québec.